Très souvent, c’est avec déception  que l’on constate qu’une photo, même avec un appareil numérique dernier cri, n’est pas vraiment nette et claire comme on l’avait espéré. Quelles en sont les raisons ?

Le pourquoi

Le mouvement est le facteur principal qui concourt à l’obtention d’une photo floue. Au moment d’une prise, quand l’appareil ou le sujet à photographier effectue un mouvement, il y a de fortes chances d’aboutir au flou. L’agrandissement de l’image au moyen du zoom, en jouant sur la longueur du focal amplifie le problème. Sans l’utilisation du flash ou sans la présence d’autres sources de lumière adéquates, la longueur du temps que prend un appareil pour capter la lumière ramène aussi à ce problème de mouvement. En gros, le risque de flou augmente avec le temps de pose si le sujet à prendre en photo est en mouvement.

Le flou de mouvement

Le premier type  de flou est le flou de mouvement du sujet. Dans ce premier cas, le sujet à photographier est en mouvement. Pour éviter qu’il soit flou, vous pouvez changer le mode de votre appareil photo en mode sport (qu’il soit un compact, un bridge ou un reflex). Ceci aura pour effet d’utiliser une vitesse d’obturation rapide ce qui va figer votre sujet, par exemple votre enfant qui court dans le jardin. Pour les utilisateurs plus avertis utilisant un reflex, vous pouvez utiliser soit le mode priorité à la vitesse soit le mode manuel et utiliser une vitesse de 1/200s pour une focale standard (entre 20mm et 70mm). Le sujet sera net dans son mouvement et vous verrez plus de détails sur votre photo.

IMG_1553 Pourquoi mes photos sont floues ?Sur cette photo notre sujet (salut Tiana ^^ ) est en mouvement, et la vitesse d’obturation n’est pas suffisante pour figer ce mouvement. Pour ceux qui sont interessés, ici on a une ouverture de F/22, une vitesse de 1/20 une focale de 24mm en ISO 50. (Vous pouvez l’essayer chez vous en toute sécurité ce n’est pas dangereux pour vos enfants )


Le flou de bougé

Le second est le flou de mouvement du photographe communément appelé le flou de bougé. Ce cas se présente quand le photographe ou l’appareil photo subit un mouvement lors du cliché, en cas de basse vitesse de l’obturation (par exemple quand vous avez voulu photographier votre jardin la nuit juste avant d’aller vous coucher ou encore quand tonton Gérard a voulu immortaliser la confirmation de son fils à l’église et que monsieur le curé ne veut pas voir de flash activé).

IMG_1554 Pourquoi mes photos sont floues ?Oh nonn, j’ai raté la photo. J’ai utilisé les mêmes paramètres que précédemment mais avec une vitesse encore plus lente (1/15s). Ici on a un cas de flou de bougé, parce que Tiana n’a effectué aucun mouvement ce qui n’est pas le cas du photographe (moi en l’occurrence ^^) ceci rend une photo entièrement floue.


Comment faire ?

– Première solution, utiliser un trépied, c’est simple efficace (mais attention au mouvement du sujet s’il est agité, mais c’est très pratique pour le jardin par contre ^^ ).

– Deuxième solution, un peu plus avancée, régler la vitesse d’obturation de façon à ne pas descendre en dessous de l’inverse de la focale (hein ? kéki di ?). Si par exemple, vous utilisez une focale de 70mm, prenez votre photo à au moins 1/70s . Si vous utilisez une focale de 20mm prenez votre photo à au moins 1/20s. Et bien sûr si vous voulez photographier la lune à 600mm, utilisez une vitesse d’au moins 1/600s. On l’aura vite compris que plus on zoom plus on doit augmenter la vitesse d’obturation pour éviter le flou de bougé et plus on capture un plan large, moins on aura besoin de vitesse d’obturation.

– Troisième solution, utilisez le flash (monsieur le curé sera pas content, il va vous mettre dehors mais vous aurez au moins une bonne photo souvenir ^^ , « ici c’est quand monsieur le curé m’a mis dehors » ). En utilisant le flash vous figez tout ce qui est éclairé. Contrairement à la théorie du flou de mouvement du sujet vu précédemment, photographier à basse vitesse peut-être bénéfique MAIS en utilisant le flash. Ceci s’explique par le fait que l’obturateur reste ouvert par exemple pendant 1/20s (basse vitesse) et pendant ce laps de temps le flash intervient à une vitesse de 1/200, ce qui va éclairer le sujet durant donc 1/200s. Le résultat obtenu ressemblera grosso modo à une image shootée à 1/200s et non a 1/20s.

– Quatrième et dernière solution, casser sa tirelire et opter pour un boitier muni d’un stabilisateur d’image ou d’un objectif avec un stabilisateur de lentilles. De plus en plus d’appareils photos compacts et bridges sont stabilisés à la date de parution de cet article. Pour les utilisateurs de reflex, certains boitiers de Sony ou de Pentax sont stabilisés peu importe l’objectif utilisé. Les autres marques comme Sigma et Canon ont opté pour une stabilisation au niveau de certains objectifs. Le prix de ces objectifs et quasiment doublé, mais ils permettent une vitesse d’obturation jusqu’à 4 fois en dessous de la vitesse théorique minimale pour éviter le flou de bougé. Ce qui n’est pas du tout négligeable au niveau de la luminosité. A titre d’exemple, à 200mm on doit avoir une vitesse de 1/200s, tandis que sur le 70-200mm stabilisé de Canon on peut descendre jusqu’à 1/30s et obtenir une image nette.

En résumé, la satisfaction que peut donner une photo réussie dépend de la vitesse d’obturation, de celui qui tient l’appareil photo (s’il boit du café ou pas :p) et finalement de l’appareil lui-même (stabilisé ou non, équipé d’un flash ou non).